Les opportunités d’emploi pour un PVTiste en Argentine

Possibilités d'emploi pour les PVTistes d'Argentine

Le but du permis vacances-travail est de vous permettre de financer vos vacances pendant un an. La plupart des PVTistes enchaînent donc les petits boulots. Cependant, selon le secteur dans lequel vous travaillez et votre niveau d'espagnol, il peut y avoir des opportunités d'emplois plus qualifiés. Voici un aperçu du marché de l'emploi en Argentine.

Comment trouver un emploi en Argentine ?

Tout d'abord, vous devez savoir qu'il vous sera beaucoup plus facile de trouver un travail une fois sur place, quand vous aurez un numéro de téléphone argentin.

Vous pouvez consulter les offres d'emploi tous secteurs confondus sur plusieurs sites internet :

- Acciontrabajo

- Bumeran

- Clarin

- Computrabajo

- Opcionempleo

- Jooble

Trovit

Zona Jobs.

Vous pouvez aussi passer par des agences de travail temporaire :

- Adecco

- Cargos


- Manpower.

Enfin, il existe aussi des solutions alternatives permettant d'échanger votre travail non pas contre un salaire, mais contre le couvert et l'hébergement. Le wwoofing est la plus connue, mais elle se concentre essentiellement sur le travail agricole dans des fermes biologiques. Pour ceux qui sont disposés à donner un coup de main dans d'autres secteurs, voici plusieurs sites qui pourront vous être utiles :

- HelpX

- Workaway.

Ces plateformes servent à mettre en relation les internautes avec leurs futurs hôtes potentiels.

Et pour ceux qui seraient intéressés par un emploi au pair :

- Au Pair.

Enfin, la chambre de commerce et d'industrie de France en Argentine propose toutes les deux semaines des réunions d'informations pour les nouveaux arrivants à la recherche d'un emploi. Elle propose aussi des rendez-vous individuels. Pour plus d'informations, consultez le site de la CCIFA.

Le marché du travail en Argentine

Deux problèmes principaux affectent le marché de l'emploi en Argentine : le chômage et le travail au noir. Le pays commence à récupérer de la crise, mais la situation au niveau de l'emploi est encore loin d'être optimale, et pour les petits boulots, les Argentins n'hésitent pas à engager des Boliviens ou des Péruviens immigrés sans papiers, qu'ils peuvent donc se permettre de payer moins cher et sans contrat. On estime que 40% des employeurs sont concernés par le travail au noir en Argentine ! Cela dit, il n'est pas recommandé de vous y risquer, car vous ne bénéficierez alors d'aucune protection contre le licenciement ni d'indemnisations en cas d'arrêt maladie ou d'accident de travail.

Les conditions de travail en Argentine

Les Argentins sont autorisés à travailler jusqu'à 48h par semaine, par tranche de 8h par jour. Le samedi après-midi et le dimanche ne sont normalement pas travaillés, et ils sont donc majorés dans ce cas-là, de même que les heures supplémentaires. Le système des congés payés en Argentine se fait au cumul, c'est-à-dire que plus vous aurez travaillé longtemps et plus vous aurez de congés. La première année, vous devez justifier de six mois dans la même entreprise pour bénéficier de 14 jours de congés. Mais les Argentins ont aussi de nombreux jours fériés qui vous permettront de vous reposer même si vous ne pouvez pas prendre de vacances !

Le salaire minimum argentin est fixé à 2875 pesos par mois, soit l'équivalent d'un peu plus de 430 euros. Sachez cependant que les salaires se négocient en Argentine. Sans jouer les marchands de tapis, vous pouvez essayer de faire monter un peu les prix !

Les secteurs qui recrutent en Argentine

Traditionnellement, l'Argentine est l'un des plus gros producteurs mondiaux de viande de boeuf, même si cette dernière tend à être supplantée par la culture intensive du soja OGM. L'agriculture est donc un secteur très important en Argentine.

Le tourisme peut être un secteur intéressant pour les étrangers, dans la mesure où l'on recherche beaucoup de profils polyglottes. Sinon, l'informatique reste une valeur sûre, comme partout !

Revenir à l'article Le permis vacances-travail en Argentine.

  • Curriculums Vitae Premium

Reportages

plus d’interviews >