Expatriation : comment bien gérer le retour ?

Gérer son retour d'expatriation en France

Une expatriation est une expérience très riche et intense, qui paraît d'autant plus exceptionnelle qu'elle se déroule souvent sur une période de temps assez courte. Et si les expatriés pensent le plus souvent à préparer leur départ, ils sont nombreux à négliger la préparation du retour, qui peut pourtant être une épreuve très difficile.

Retour d'expatriation : les principales difficultés

Le retour d'expatriation peut amener certaines difficultés auxquelles les expatriés n'étaient pas forcément préparés.

Les difficultés professionnelles

Pour un salarié expatrié, l'une des étapes les plus difficiles lors du retour est de gérer la réintégration de son entreprise d'origine, d'autant plus lorsqu'il a l'impression d'avoir acquis des compétences nouvelles lors de son expatriation et que son poste n'a pas évolué en conséquence. Cette stagnation à un poste qui lui paraît désormais trop étroit peut générer une grande frustration dans le travail.

Autre problème fréquemment rencontré par les ex-expatriés : le retour à la maison-mère signifie souvent moins d'autonomie et d'indépendance, et cela peut également participer au développement d'une certaine frustration.

Pour ceux qui sont partis sac au dos et à l'aventure, le retour en France rime souvent avec recherche d'emploi. Et il n'est pas non plus forcément facile de passer d'une situation d'emploi dans un pays étranger à une situation de chômage lorsque l'on rentre chez soi. Cela peut aussi créer un fort sentiment de malaise et d'inconfort.

C'est d'ailleurs un phénomène qui s'observe parfois au niveau des conjoints d'expatriés, qui souvent, abandonnent tout pour suivre leur partenaire à l'autre bout du monde ; mais une fois rentrés en France, il faut justifier ce trou de quelques années sur le CV, et dans ce cas, mieux vaut avoir été bien occupé lors de son séjour à l'étranger.

Les difficultés culturelles

Cela peut sembler étrange, mais les expatriés ont souvent du mal à se réadapter à leur pays d'origine, du moins les premiers temps. Les expatriés de retour au bercail sont en particulier assez frustrés de ne pouvoir trouver personne qui comprenne vraiment la richesse de leur expérience à l'étranger.

De plus, une sensation d'ennui peut s'installer à la perspective de retrouver son quotidien, qui peut paraître banal par rapport à la découverte d'un nouveau pays.


Et pour peu que l'on ait vécu dans un pays culturellement très différent du sien, la réadaptation à la mentalité de son pays d'origine peut parfois poser problème.

Les difficultés financières

La plupart du temps, les expatriés de retour au pays ne sont pas vraiment confrontés à des difficultés financières à proprement parler, mais ils doivent souvent renoncer à un niveau de vie plus élevé (primes d'expatriation, logement de fonction, écoles privées pour les enfants...). Cela n'aide évidemment pas à se réadapter à son pays d'origine.

Comment gérer ces difficultés ?

La clé dans la gestion de ces difficultés au retour d'expatriation consiste à préparer son retour le plus à l'avance possible.

Pour éviter de trop regretter votre ancien poste d'expatrié, restez en contact permanent avec votre filiale d'origine, et si possible, demandez à l'un de vos collègues de vous faire un reporting toutes les semaines sur ce qu'il se passe dans l'entreprise. Tenez-vous informé des postes qui se libèrent et sautez sur l'occasion si vous entendez parler d'un poste mieux adapté à vos nouvelles compétences.

Concernant la réadaptation culturelle, essayez de trouver des tables de conversation dans la langue du pays duquel vous revenez : vous pourrez ainsi continuer à pratiquer, et vous rencontrerez sûrement d'autres expatriés avides de partager leur expérience ! De plus, essayez de revenir dans le même état d'esprit que vous aviez adopté pour votre départ : ouvert d'esprit, sans préjugés, prêt à vous laisser séduire par une nouvelle culture.

Enfin, le changement de niveau de vie sera beaucoup plus facile à appréhender si vous vous occupez plusieurs mois à l'avance de trouver une école publique de bonne qualité pour vos enfants, voire même que vous vous octroyez un petit voyage en France pour aller visiter des appartements et être sûr de vous retrouver dans un cadre de qualité à votre retour.

Et plus que tout, c'est une question de mentalité : pensez positif !

Revenir à la page Travailler à l'étranger.

  • Curriculums Vitae Premium

Reportages

plus d’interviews >