Emploi : les perspectives pour l’année 2013

Les perspectives d'emploi pour 2013

Frileux : voilà le terme qui pourrait qualifier l'état d'esprit des chefs d'entreprise français pour ce début d'année 2013. En raison de la situation économique toujours morose, les perspectives d'emploi ne devraient pas connaître de rebond spectaculaire en 2013.

Une situation contrastée selon les régions

Si l'on en croit le baromètre de l'emploi réalisé par Manpower, les perspectives d'emploi pour 2013 sont contrastées selon les régions. Les deux seules régions de France affichant des perspectives d'embauche positives sont le Sud et l'Ouest ; dans les autres régions, les entreprises envisagent de licencier plus que de recruter. Toutefois, à l'échelle nationale, 89% des employeurs n'envisagent pas de recruter ni de licencier au premier trimestre 2013. Une stratégie attentiste qui vise à rester sur ses positions en attendant d'avoir une meilleure visibilité sur cette année 2013.

Une situation contrastée selon les secteurs




Toujours selon Manpower, la situation en termes de perspectives d'embauche est également contrastée selon les secteurs d'activité. Le secteur de la production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau est celui qui affiche les dispositions les plus favorables par rapport à l'emploi, alors que le BTP et l'hôtellerie-restauration, secteurs historiquement porteurs, affichent des prévisions en baisse.

Des entreprises qui recrutent

Malgré ce climat maussade, certaines entreprises affichent des prévisions de recrutement au beau fixe pour l'année 2013. Le trio de tête est composé de McDonald's, Quick et la SNCF, avec respectivement 44 100, 11 500 et 9 000 embauches prévues en 2013. Le secteur bancaire prévoit lui aussi des recrutements si l'on en croit les prévisions de BNP Paribas, du Crédit Agricole et du groupe BPCE, avec respectivement 1 500, 4 000 et 4 000 embauches envisagées. Enfin, l'audit et le conseil restent des secteurs porteurs avec des prévisions de 800 à 1200 embauches chez Ernst&Young, PwC et Deloitte.

Cependant, le taux de chômage toujours en hausse en novembre et la conjoncture économique n'augurent pas une année 2013 au beau fixe pour l'emploi. Ce qui pousse de plus en plus de jeunes diplômés à partir travailler à l'étranger.

  • ;

Reportages

plus d’interviews >