Travailler en Suisse : que dit le droit du travail ?

Le droit du travail en Suisse

Autant le savoir : la Suisse et la France sont deux pays bien différents, et cela se retrouve notamment dans le travail. Petit tour d’horizon du droit du travail en Suisse.

Les salaires en Suisse

Ce n’est pas une légende : les salaires sont plus élevés en Suisse qu’en France. Néanmoins, ils ne sont pas comparables car le coût de la vie est notoirement plus élevé en Suisse également. Si vous êtes frontalier en revanche, un salaire suisse devrait vous permettre de vivre confortablement. Mais si vous devez vous loger et vivre au quotidien, peut-être la différence avec votre niveau de vie en France ne sera-t-elle pas si perceptible…

Pour vous faire une idée des salaires en Suisse, vous pouvez consulter ce document qui détaille le salaire minimum en Suisse pour 200 postes de travail.

Et si vous êtes sur le point d’accepter un emploi en Suisse mais que vous ne savez pas quel salaire négocier, vous pouvez utiliser l’outil de calcul Salarium qui vous aidera à vous situer selon votre profil, votre domaine d’activité, votre âge, votre expérience, etc.

Le licenciement en Suisse

Le droit du travail suisse n’est pas aussi clément que le droit français en ce qui concerne le licenciement des travailleurs… Ce qui signifie que vous pouvez être licencié du jour au lendemain sans que l’employeur ne soit obligé de se justifier. En revanche, votre licenciement ne prendra effet qu’après une période de préavis, fixée à un mois lors de la première année de travail dans l’entreprise, à deux mois entre deux et neuf ans d’ancienneté et à trois mois à partir de dix ans d’ancienneté.

Malgré tout, certains licenciements peuvent être considérés comme abusifs et vous donneront droit à des réparations. On ne peut pas vous licencier pour les raisons suivantes, entre autres :

– vos caractéristiques personnelles : sexe, âge, appartenance ethnique, nationalité, etc.

– votre religion ou votre appartenance politique

– vos prétentions légitimes, comme le paiement de vos heures supplémentaires

– votre appartenance à un syndicat.

Certaines règles spécifiques s’appliquent également en cas de licenciement collectif, ainsi que dans les cas où vous êtes en arrêt maladie ou enceinte par exemple.

Sachez également qu’en cas de faute grave, on peut vous renvoyer sans préavis.

Le temps de travail en Suisse

Selon votre profession, la durée légale maximale du travail en Suisse est fixée à 45 ou 50h par semaine. Le personnel des entreprises industrielles, le personnel technique, le personnel de bureau, les autres employés et le personnel des grandes entreprises de commerce de détail sont limités à 45h par semaine. Les autres catégories de travailleurs peuvent aller légalement jusqu’à 50h.

Mais dans les faits, la plupart des Suisses travaillent 42h par semaine. Ca change de nos 35h françaises, et c’est à prendre en compte si vous envisagez d’habiter à la frontière française et de faire les allers-retours tous les jours…

Les congés en Suisse

Vous aurez droit au minimum à 4 semaines de congés payés par an. Mais certaines collections collectives en ajoutent une cinquième.

L’âge de la retraite en Suisse

L’âge de la retraite en Suisse est fixé à 64 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes, à condition de compter au moins une année de cotisations.

Mais ce ne sont pas les seules choses que vous devez prendre en compte si vous souhaitez travailler en Suisse. Avant de candidater pour un travail en Suisse, consultez nos deux articles :

Travailler en Suisse : les avantages

Travailler en Suisse : les inconvénients.

Reportages

plus d’interviews >