Travailler en Suisse : la candidature

Envoyer une candidature pour travailler en Suisse

Vue du côté français de la frontière, la Suisse a tout pour faire rêver… Chocolat suisse, verts paturages suisses, montres suisses, et surtout, salaires suisses ! Mais attention : si la recherche d’emploi en Suisse vous tente, voici quelques informations à prendre en compte auparavant.

Postuler pour un travail en Suisse

Bingo ! Vous avez trouvé une annonce pour le poste de vos rêves, et il ne vous reste qu’à envoyer votre candidature. Oui, mais attention : on ne postule pas en Suisse de la même manière qu’en France.

Le CV en Suisse

En France, on recommande généralement de ne pas dépasser deux pages pour un CV avec de l’expérience. En Suisse, c’est tout à fait différent : votre CV peut tout à fait faire trois ou quatre pages si votre carrière le justifie. De plus, prenez en compte le fait que le recruteur qui va recevoir votre CV ne connaîtra ni les écoles que vous avez faites ni les entreprises dans lesquelles vous avez travaillé. Il est donc important de bien détailler chacune de vos expériences professionnelles.

De plus, les CV suisses comprennent en général une partie références, dans laquelle vous indiquez les coordonnées de personnes que votre recruteur peut contacter pour se faire une idée plus précise de vos compétences. Vous pouvez indiquer vos anciens patrons ou collègues de boulot, mais assurez-vous qu’ils aient gardé une bonne image de vous après votre départ !

Enfin, pensez à indiquer votre nationalité sur votre CV : l’obtention du permis de travail suisse pour un Français est en effet très simple et cela peut constituer un atout pour votre candidature.

L’évaluation de vos compétences

Vous êtes conscient de la qualité de votre travail, c’est très bien, mais ne vous sur-vendez pas ! Basez-vous sur des indicateurs de performance du type « J’ai fait augmenter de 15% le chiffre d’affaires de mon entreprise » plutôt que sur des visions subjectives comme « J’étais de loin le meilleur commercial de mon agence ». Et surtout n’en rajoutez pas ! Si c’est une pratique plus ou moins admise en France que de gonfler un peu son CV, c’est très mal vu en Suisse et cela pourrait vous faire passer sur liste noire automatiquement…

Les secteurs d’activité en Suisse

Il vous faut également prendre en compte le fait que votre secteur d’activité en France pourrait ne pas fonctionner du tout de la même façon en Suisse. Il est donc important de bien vous renseigner sur les mécanismes qui le régissent, les missions associées à chaque type de poste, les leaders du marché, etc. pour ne pas avoir l’air de sortir de nulle part quand vous arriverez en entretien.

L’importance des langues vivantes en Suisse

On parle principalement trois langues en Suisse, sans compter les dialectes : le français, l’italien et le suisse allemand. Et la plupart des entreprises demandent la pratique de l’anglais comme condition sine qua non pour embaucher quelqu’un sur un poste qualifié. Si vous avez un bon niveau en langues, mettez-le en avant, mais là encore, ne le surévaluez pas : il est bien trop facile de vérifier le niveau en langues de quelqu’un !

Tout n’est pas rose en Suisse…

Cependant, avant de vous lancer dans l’envoi frénétique de candidatures, il serait peut-être bon de vous renseigner sur le droit du travail en Suisse. Un homme averti en vaut deux ! Et si malgré tout l’aventure suisse vous tente, consultez notre article pour savoir comment chercher un travail en Suisse.

Reportages

plus d’interviews >