Le dispositif Emploi d’Avenir

L'Emploi d'Avenir

Les Emplois d’Avenir font partie des mesures-phare prises par le gouvernement de François Hollande pour tenter de redresser un peu la barre du chômage. Ils s’appliquent aux entreprises du secteur marchand et non-marchand, avec des conditions différentes.

A qui s’adressent les emplois d’avenir ?

Les emplois d’avenir s’adressent aux jeunes de 16 à 25 ans (30 ans pour les personnes handicapées) n’ayant aucun diplôme ou titulaires d’un CAP ou BEP mais en recherche d’emploi depuis au moins six mois dans les douze derniers mois.

A titre exceptionnel, le dispositif emploi d’avenir peut aussi s’appliquer aux jeunes de 16 à 25 ans titulaires d’un bac+3 mais vivant dans une zone défavorisée : Zone Urbaine Sensible (ZUS), Zone de Revitalisation Rurale (ZRR) ou outre-mer. Ils doivent être en recherche d’emploi depuis plus d’un an.

Quelles entreprises peuvent conclure des emplois d’avenir ?

Les entreprises du secteur non-marchand (associations, collectivités, organismes à but non lucratif), qu’elles soient publiques ou privées, et les entreprises du secteur marchand reconnues comme créatrices d’emploi d’utilité sociale, peuvent profiter du dispositif d’emploi d’avenir pour embaucher des jeunes.

Quelle forme prend un contrat conclu dans le dispositif des emplois d’avenir ?

Un contrat conclu grâce au dispositif des emplois d’avenir prend forcément la forme d’un contrat aidé. Il s’agit d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) pour le secteur non-marchand, et d’un contrat initiative emploi (CIE) pour le secteur marchand.

Le contrat peut être d’une durée déterminée de un à trois ans ou à durée indéterminée. Lorsque le contrat est conclu par un organisme public, il est forcément à durée déterminée.

Il concerne un temps plein ou un temps partiel justifié, et ne peut pas être inférieur à un mi-temps.

Quel est le montant des aides versées par l’Etat pour l’emploi d’avenir ?

Pour une entreprise du secteur non-marchand, l’Etat prend en charge 75% du salaire du jeune, sur la base du SMIC.

Pour une entreprise d’insertion par l’activité économique du secteur marchand, l’aide de l’Etat sera de 47% du SMIC.

Et pour les entreprises du secteur marchand, le montant de cette aide sera de 35% du SMIC.

Revenir à la page Contrats aidés ou contrats d’insertion.

Reportages

plus d’interviews >