Le CIF ou Congé Individuel de Formation

Bénéficier d'un congé individuel de formation

Le Congé Individuel de Formation, ou CIF, permet à tout salarié justifiant de conditions d’ancienneté suffisantes de bénéficier d’un congé de formation pouvant être destiné aussi bien à acquérir de nouvelles compétences qu’à passer un examen ou à se réorienter.

Qui peut bénéficier d’un CIF ?

Le Congé Individuel de Formation est accessible aux salariés en CDI, en CDD ou en interim.

Les salariés en CDI doivent justifier de 24 mois d’ancienneté (36 pour les entreprises artisanales de moins de dix salariés), dont douze dans leur entreprise actuelle.

Les salariés en CDD doivent justifier de 24 mois de travail au cours des 5 dernières années (12 pour les jeunes de moins de 26 ans), dont quatre mois en CDD (consécutifs ou non) dans les douze derniers mois.

Les salariés en interim doivent justifier de 1600h de travail en interim dans les 18 derniers mois, dont 600h minimum dans l’agence d’interim où ils effectuent leur demande de CIF.

Enfin, une période de franchise de 6 mois à 6 ans doit être respectée entre deux CIF, calculée en fonction de la durée du précédent CIF.

Quelle formation entreprendre avec un CIF ?

A vous de voir : le CIF couvre les demandes de formation destinées à la réorientation professionnelle du salarié, à l’acquisition, à l’entretien ou au perfectionnement de compétences, au passage d’un examen… C’est l’organisme paritaire auprès duquel vous déposerez votre demande de congé individuel de formation qui validera ou non votre demande de formation. Avec un CIF, vous pouvez bénéficier d’un congé de formation d’un an à temps plein ou de 1200h à temps partiel. Toutefois, vous pouvez aussi bénéficier de formations plus courtes.

Comment demander un CIF ?

Votre demande de CIF doit d’une part être déposée auprès de votre employeur, 60 jours avant le début de la formation si elle dure moins de six mois ou débouche sur un examen, 120 jours à l’avance si elle dure plus de six mois. Elle doit être faite au moyen d’une lettre recommandée avec accusé de réception. Une fois reçue votre lettre, votre employeur dispose de 30 jours pour vous faire connaître sa décision. Il ne peut pas refuser votre demande de CIF si vous respectez bien les conditions, mais il peut en revanche vous demander de la reporter, et ce jusqu’à neuf mois, si les besoins de l’entreprise l’exigent.

Vous devez également faire une demande de financement auprès de l’organisme paritaire auquel cotise votre entreprise (Fongecif ou Opacif dans certains cas). La demande doit être déposée le plus tôt possible, car l’organisme paritaire dispose de deux mois pour répondre à votre demande. Si l’organisme paritaire ne dispose pas des fonds suffisants pour financer votre CIF, il peut refuser votre demande, ce qui ne vous empêche de la renouveller par la suite.

Suis-je rémunéré pendant un CIF ?

Selon les circonstances, l’organisme paritaire qui finance le CIF peut prendre en charge 60, 80 ou 90% de la rémunération habituelle du salarié, ou son intégralité si elle est inférieure à deux SMIC. Le salarié est toujours rémunéré par son entreprise, qui se fait rembourser par l’organisme paritaire.

L’organisme paritaire peut aussi financer une partie du coût de la formation, des frais de transport et d’hébergement sous certaines conditions.

Revenir à la page Le droit à la formation.

Reportages

plus d’interviews >